Un camp tzigane où il ferait bon vivre… (2005)

 

Genre : Documentaire

Durée du film : 58 minutes

Réalisateur : Cédric Condon

Auteur : Emmanuel Migeot

Avec le soutien du CNC, de la Procirep/Angoa, de la Fondation pour la 

Mémoire de la Shoah, de la Ministère de la Défense, et de la région PACA 

Prix du scénario du festival du film d’histoire de Compiègne

 

 

Durant la Seconde Guerre mondiale, la suspicion qui s'attachait aux nomades provoqua la décision de les interner dans une trentaine de camps dont un seul leur était exclusivement réservé : le camp de Saliers, près d’Arles. Car pour répondre aux critiques internationales le gouvernement de Vichy, qui voulait une « vitrine » pour y interner les nomades, fit construire « un camp modèle » en Camargue, au prétexte, absurde, que la région était « le berceau de la race gitane ». Le projet fut confié à un architecte des Monuments historiques qui voulait lui donner l’aspect « d’un village agréable », d’un camp « où il ferait bon vivre » ! Bien sûr le projet se transforma rapidement en fiasco. 

Le camp ferma le 17 août 1944, après le débarquement de Provence. 

Après-guerre, les baraquements faisaient tellement « couleur locale » qu’ils servirent de décor sud-américain au réalisateur Georges Clouzot pour la scène d’introduction du Salaire de la peur, avant d’être détruit. 

Ce documentaire retrace l’histoire de ce camp aujourd’hui physiquement disparu et qui n’existe plus que dans le souvenir de quelques anciens détenus de Saliers.